Une balade dans les rues de Nîmes, une rencontre inoportune. Derrière nous, Jean-Luc. Coup d'oeil furtif mais sûr. L'inspiration monte en moins de deux. Un appareil jetable et nous voilà embarqué dans une formidable expérience intitulée : la révolution touristique.

Les rues de Nîmes sont souvent jonchées par les touristes. Jean-Luc a choisi l'été dernier de se glisser dans leur peau en quète d'une formidable aventure humaine.

L'art est forcément engagé : Jean-Luc se souvient d'Alphaville : "un navet dit-il, la révolution ne peut se dissoudre dans autant de banalités et d'images sucsintes.." Nous l'avons trouvé un peu dur, rétorquant que l'on ne peut renier ses vieilles images, mais tel était son jugement, et nous n'y pouvions rien.



Nous commenciâmes par un exercice des plus simples. Description d'une situation sociale marquée par une brisure entre deux mondes. Le monde bourgeois et ouvriéristes. l'ouvière (en salopette) "fait la gueule", elle est "mécontente", la bourgeoise "rigole", elle est épanouie. Le téléphone exprime l'existence de moyen de communication. Pourtant les deux êtres ne se regardent pas. Ils restent dans un monde cloisonné par des vitres pourtant transparentes. on peut tout de même observer la situation instable de l'ouvrière qui tente de sortir de son monde en poussant avec réticence la porte de sa cabine.



La situation est si problématique que la possibilité de rencontre est nulle. le poteau, la séparation, la cassure.. les mains se bloquent à approximativment 40 cm pour la bourgeoise, et 30/50 pour l'ouvrière. les passages piéton marquent pourtant une rencontre entre deux mondes même si les rayures ne se touchent pas. pense en un attouchement perpandiculaire. le côté pornographique évident de cette image relève d'une homosexualité latente chez ces deux personnes. La pharmacie en arrière plan, haut lieu de vente de bouts de latex, en témoigne bien évidemment.



Mais jean-luc ne s'arrete pas là. Il ne se contente pas de défendre la gente féministe homosexuelle, il nous dévoile son grand secret : tout espoir n'est pas perdu (7Ou7 35pO1r N'357 P45 P3rdu - en hacker) jean-luc croit fermement en l'avenir de l'homme. Le soleil se couche, les esprits se libèrent. Le pressing en arrière-plan lave notre âme. Demain ne sera jamais plus comme avant.. la révolution est à présent enclenchée.